Notre-Dame-des-Landes : Bonjour veaux, vaches…

En deux ans, les occupants des terres expropriées pour le projet d’aéroport ont relancé une économie agricole originale sur plus de 200 hectares.

Patrick Piro  • 30 avril 2015 abonné·es
Notre-Dame-des-Landes : Bonjour veaux, vaches…
© Photo : Patrick Piro

Chaleur inhabituelle, c’est en manches courtes que l’on déjeune à Bellevue en ce début mars. Sur la grande table dressée devant le corps de ferme, une opulence bigarrée aiguise les appétits. Salades de saison et gratins, pain complet, choux, courges, poireaux, laitues et fromage frais local. Presque tout provient de la ZAD (zone à défendre) de Notre-Dame-des-Landes –  « autonome en légumes », répète-t-on avec une pointe de fierté. L’équipe de terrassement reprend des forces après une matinée à reboucher les ornières du chemin « de Cayenne », clin d’œil aux travaux forcés d’un autre siècle. Une jeune femme apostrophe la tablée : « Déterminons le prochain chantier collectif, puisque c’est bien parti ! » C’est le printemps, la sève pulse dans le bocage de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 8 minutes