Notre-Dame-des-Landes : Bonjour veaux, vaches…

En deux ans, les occupants des terres expropriées pour le projet d’aéroport ont relancé une économie agricole originale sur plus de 200 hectares.

Chaleur inhabituelle, c’est en manches courtes que l’on déjeune à Bellevue en ce début mars. Sur la grande table dressée devant le corps de ferme, une opulence bigarrée aiguise les appétits. Salades de saison et gratins, pain complet, choux, courges, poireaux, laitues et fromage frais local. Presque tout provient de la ZAD (zone à défendre) de Notre-Dame-des-Landes – « autonome en légumes », répète-t-on avec une pointe de fierté. L’équipe de terrassement reprend des forces après une matinée à reboucher les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents