Tunisie : L’espoir malgré tout

Le Président Béji Caïd Essebsi a réaffirmé sa volonté de ne pas transformer le pays en « État policier ».

Politis  • 9 avril 2015
Partager :

Trois semaines après l’attaque du musée du Bardo, deux hauts responsables tunisiens ont tenu ces jours-ci des discours plutôt rassurants. Le Président Béji Caïd Essebsi, en visite à Paris, a réaffirmé sa volonté de ne pas transformer le pays en « État policier ». Il a aussi réaffirmé sa volonté d’intégrer les islamistes d’Ennahdha à sa majorité. Cet accord fait l’originalité de la voie tunisienne. Il a été également confirmé par les propos du leader d’Ennahdha, Rachid Ghannouchi, qui a parlé de « déclaration de guerre » à propos des jihadistes, et délibérément placé la défense de l’islam sur le terrain « intellectuel ». Son parti, conservateur et réactionnaire, semble avoir fait le choix durable de la démocratie.

Monde
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don