Tunisie : L’espoir malgré tout

Le Président Béji Caïd Essebsi a réaffirmé sa volonté de ne pas transformer le pays en « État policier ».

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Trois semaines après l’attaque du musée du Bardo, deux hauts responsables tunisiens ont tenu ces jours-ci des discours plutôt rassurants. Le Président Béji Caïd Essebsi, en visite à Paris, a réaffirmé sa volonté de ne pas transformer le pays en « État policier ». Il a aussi réaffirmé sa volonté d’intégrer les islamistes d’Ennahdha à sa majorité. Cet accord fait l’originalité de la voie tunisienne. Il a été également confirmé par les propos du leader d’Ennahdha, Rachid Ghannouchi, qui a parlé de « déclaration de guerre » à propos des jihadistes, et délibérément placé la défense de l’islam sur le terrain « intellectuel ». Son parti, conservateur et réactionnaire, semble avoir fait le choix durable de la démocratie.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.