Turquie : Le « Charlie » turc inquiété par le pouvoir

Deux caricaturistes de l’hebdomadaire satirique Penguen ont été condamnés à onze mois de prison ferme.

Politis  • 2 avril 2015
Partager :

Deux caricaturistes de l’hebdomadaire satirique Penguen ont été condamnés à onze mois de prison ferme. Leur crime ? Avoir « insulté » Erdogan en le représentant dans une position jugée dégradante en une d’un numéro d’août dernier. On l’y voit accueilli devant le palais présidentiel par deux officiels : « Quelle fête ennuyeuse. Vous auriez au moins pu sacrifier un journaliste », leur dit-il. Des observateurs auraient également vu dans le geste de la main de l’un des personnages un signe lié à l’homosexualité, très mal vue en Turquie. Si la peine a finalement été commuée en amende de 7 000 livres (2 500 euros), l’avertissement du pouvoir turc à la presse a été entendu.

Monde
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don