160 signatures contre la GPA

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Contre la GPA. 160 personnalités et associations ont signé le 11 mai dans Libération une tribune pour « demander aux gouvernements des nations du monde ainsi qu’aux leaders de la communauté internationale de travailler ensemble à l’arrêt immédiat de la GPA ».

Parmi les signataires : Sylviane Agacinski (photo), philosophe, Michel Onfray, philosophe, Yvette Roudy, ex-ministre des Droits des femmes, et José Bové, député européen. Les signataires internationaux comptent des féministes, des mères porteuses et une femme née de mère porteuse.

« Tous, nous reconnaissons la force du désir de parentalité. Toutefois, comme s’agissant de la plupart des désirs, des limites doivent être posées , déclarent-ils. Nous pensons que la GPA doit être interdite en ce qu’elle constitue une violation des droits humains des femmes et des enfants. La GPA repose souvent sur l’exploitation des femmes les plus démunies. (...) Nous sommes convaincus qu’il n’y a pas de différence entre la pratique commerciale de la GPA et la vente et l’achat d’enfants. »

En France, l'initiative « stop surrogacy now » a été relayée par le CoRP , Collectif pour le respect des personnes cofondé par Sylviane Agacinski et présidée par Marie Jauffret, qui entend unir « les gauches écologiste, antilibérale et féministe contre la marchandisation du corps des femmes » .

« Visiblement ce cri d’alarme vient de loin, il vise notamment le classique argument de la “nature” : “Vous êtes infertiles, hétéro ou homo ou encore célibataire, eh ! bien restez-le.”
Je serais curieuse de savoir ce que ces spécialistes vont penser de la greffe d’utérus, une alternative médicale à la GPA »
, riposte la psychanalyste Geneviève Delaisi de Parseval dans Libération le lendemain.

A lire : Politis : Mères porteuses, un débat qui divise les féministes .

D'après le site genethique.org, la Manif pour tous a entamé un tour de France de la famille, appuyé par une campagne d'affichage militante, pour « sensibiliser au scandale de la GPA » .


Photo: CATHERINE GUGELMANN / AFP

Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.