Argentine : pourquoi l'avortement ne passe pas ?

Le pays, réputé progressiste, fait figure de paradoxe en continuant de refuser l’IVG. Quant à l’Amérique latine dans son ensemble, ses lois sont parmi les plus répressives au monde.

Cinq mille femmes mourraient chaque année d’un avortement clandestin sur le continent latino-américain 1. Une région où les lois sont parmi les plus répressives au monde en matière d’interruption volontaire de grossesse. L’Argentine ne fait certes pas partie des six pays qui l’interdisent sans aucune exception : l’article 86 de la loi qui prohibe l’IVG lève la sanction en cas de viol, de malformation fœtale ou de danger pour la femme. Mais l’interdit continue de peser, avec risques de poursuites pour les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.