Combattre l’antisémitisme et sanctionner la politique israélienne

PETITION. Des personnalités et des intellectuels de gauche appellent à contrer la politique du gouvernement Netanyahou.

Politis.fr  • 13 mai 2015
Partager :
Combattre l’antisémitisme et sanctionner la politique israélienne
Contact et signatures : trop-cest-trop@laposte.net
© Checkpoint à Bethlehem. MUSA AL-SHAER / AFP

Ayant accueilli des juifs victimes de l’antisémitisme et des survivants du génocide perpétré par les nazis, l’État d’Israël a le droit de vivre en paix et de voir ses frontières reconnues. À cet égard, nous restons fidèles à la double exigence affirmée par Pierre Vidal-Naquet au lendemain de la guerre de 1967 : défendre l’existence de cet État, mais exiger aussi de lui l’évacuation des territoires conquis à l’époque afin que puisse s’y établir un État palestinien.

Hélas, les élections législatives de mars 2015 et la formation du gouvernement qui en résulte nous éloignent encore davantage de cette issue. En effet, elles ont donné la victoire à Benyamin Netanyahou, lequel a déclaré son refus d’un tel État. Forts de leur supériorité militaire, les gouvernants actuels d’Israël risquent donc de rendre impossible toute création d’un État pour le peuple palestinien. Comme on peut le constater, la poursuite de la colonisation de l’ensemble de Jérusalem et de la Cisjordanie ainsi que le blocus aérien, maritime et terrestre de Gaza, condamnent la population civile au mieux à survivre, au pire à mourir dans les ruines.

Il faut donc des sanctions et des pressions internationales à l’encontre de cette politique. En France, nous sommes préoccupés par la montée de l’antisémitisme et des autres formes de racisme, et nous les combattons. Mais nous nous élevons aussi avec force contre tous ceux qui se servent de l’argument de l’antisémitisme pour refuser de critiquer la politique désastreuse menée par Benyamin Netanyahou.

Les Israéliens désireux de mettre en œuvre une autre politique ont besoin de soutien et pensent que seules des sanctions prises à l’encontre de ce gouvernement peuvent être efficaces. Et ce afin que soient reconnues les légitimes aspirations des Palestiniens à vivre en paix au sein de frontières sûres.

Seule une forte campagne d’opinion en France et en Europe peut permettre de contrer cette politique. C’est pourquoi nous demandons que la France et tous les États européens reconnaissent l’État de Palestine, comme vient de le faire la Suède. Il faut aussi que les pays européens votent pour l’entrée de la Palestine comme membre à part entière des Nations unies. Et enfin qu’ils s’engagent à faire cesser toute vente d’armes, toute coopération militaire ou tout transfert de technologie susceptible d’un usage militaire vers Israël, ainsi qu’à suspendre l’accord de coopération de l’Union européenne avec Israël. Nous demandons également que cessent les poursuites contre les militants qui appelleraient au boycott des produits israéliens, même si certains d’entre nous ne sont pas favorables à une telle action.

« Trop, c’est trop ! » était le cri que plusieurs d’entre nous avions lancé en décembre 2001, avec Madeleine Rebérioux, Pierre Vidal-Naquet et Stéphane Hessel, lorsque des coups dramatiques étaient portés contre Yasser Arafat et l’Autorité palestinienne à Ramallah. Dans la continuité de leur action, nous appelons à une campagne au double mot d’ordre : « Combattons l’antisémitisme ! Soutenons ceux qui s’opposent en Israël à la politique de ce gouvernement, sur lequel des pressions sont indispensables pour qu’on sorte de cette impasse ! »

Les 64 premiers signataires :
Tewfik Allal, Étienne Balibar, Françoise Basch, Fethi Benslama, Sophie Bessis, Alexandre Bilous, Françoise Blum, Anne Brunswic, Monique Chemillier-Gendreau, Patrick Chemla, Alice Cherki, Suzanne Citron, Catherine Clément, Sonia Dayan-Herzbrun, Marianne Debouzy, Sylviane de Wangen, Michel Dreyfus, Ivar Ekeland, Jeanne Favret-Saada, Chérif Ferjani, Jean Ganeval, François Gèze, Frédéric Goldbronn, Lise Halbwachs, Mohammed Harbi, Françoise Héritier, Jacques Jedwab, Francine Kahn, Marcel-Francis Kahn, Philippe Kalfayan, Abdellatif Laabi, Pascal Lederer, Catherine Lévy, Daniel Lindenberg, Gilles Manceron, Denis Marx, Gustave Massiah, Jérôme Maucourant, Sophie Mazas, Marie-José Mondzain, Edgar Morin, Véronique Nahoum-Grappe, Jean-Luc Nancy, Emmanuel Naquet, Gilles Perrault, Michelle Perrot, Jacques Rancière, Bernard Ravenel, Vincent Rebérioux, Michel Rotfus, Élisabeth Roudinesco, Nourredine Saadi, Claudette Scemama, Abraham Ségal, Leïla Shahid, Didier Sicard, Pierre Tartakowsky, Jacques Testart, Marie-Noëlle Thibault, Michel Tubiana, Georges Vigarello, Georges Wajs, Michèle Zemor, Idith Zertal.

Monde
Temps de lecture : 4 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »
Résistance • 25 janvier 2023 abonné·es

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »

Deux ans après le coup d’État militaire, le mouvement de résistance pro-démocratie ne fléchit pas. Cependant, l’issue de sa lutte dépend du renforcement des soutiens extérieurs, jusque-là timides.
Par Patrick Piro
« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »
Entretien • 4 janvier 2023 abonné·es

« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »

Le chercheur béninois Francis Laloupo étudie depuis longtemps les enjeux géopolitiques de l’Afrique et les conflits qui y émergent, particulièrement en Afrique de l’Ouest. Cette région connaît aujourd’hui des soubresauts qui contrecarrent ses avancées vers la démocratie. L’ex-colonisateur français en porte une responsabilité non négligeable, estime le chercheur.
Par Patrick Piro
Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni
Monde • 14 décembre 2022 abonné·es

Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni

Depuis l’élection du gouvernement d’extrême droite en Italie, les mouvements pro-vie et anti-genre prennent de l’ampleur et s’emploient à infléchir la législation dans le sens de leurs combats.
Par Irene Fodaro
De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens
Répression • 9 décembre 2022 abonné·es

De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens

Accusés de tous les maux par Ankara et par Téhéran, les partis d’opposition et les groupes rebelles kurdes vivent des heures très difficiles en Irak et en Syrie. Si la « communauté internationale » ne cache pas sa préoccupation, personne ne semble en mesure de mettre fin à un cycle devenu infernal. Décryptage.
Par Laurent Perpigna Iban