Le capital a fait son temps

L’impensé majeur de Thomas Piketty est la question écologique.

« Avec Thomas Piketty, pas de danger pour le capital au XXIe siècle » ( le Monde diplomatique, avril 2015). Comme toujours, Frédéric Lordon tape fort et drôle. Sa charge contre le « Marx glabre du XXIe siècle » met le doigt sur certaines faiblesses du travail de la nouvelle star mondiale de l’économie. À focaliser son analyse exclusivement sur les inégalités monétaires, à centrer ses propositions sur un impôt mondial sur le capital, Piketty renoncerait à contester l’autorité absolue du capitaliste dans…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Boiron : les salariés s’estiment victimes des mauvais choix de l’entreprise

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents