Négociations tendues à Nexcis, le pôle photovoltaïque qu’EDF veut liquider

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Scène de tension, ce mardi dans les locaux de NexcIs, la filiale d’EDF spécialisée dans la recherche sur les panneaux solaires. Après six ans de travaux et la mise au point d’une technologie prête à entrer en phase industrielle, l’entreprise publique a subitement annoncé il y a deux mois son intention de liquider la boîte de 77 salariés.

D’abord polies, les négociations se sont corsées ces dernières semaines. Les salariés n’acceptent pas l’idée qu’EDF abandonne sa « pépite » – 17 brevets déposés sur son projet de vitres solaires, une technologie présentée comme unique au monde. Ils demandent du temps, pour ficeler un plan de reprise avec une entreprise de la région intéressée par une fusion, et s’estiment floués dans des négociations sans transparence.

À dix jours de la fin des négociations sur le plan social, ils ont donc décidé ce mardi de muscler un peu leurs méthodes d’action, malgré leur faible expérience syndicale.

Reportage complet à lire le 21 mai dans Politis.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents