Un train de retard pour le climat

À l’étude depuis plus de dix ans, le projet d’autoroute ferroviaire Atlantique vient d’être interrompu, signe d’une politique peu volontaire en termes de lutte contre la pollution.

Alors que Paris s’apprête à recevoir à la fin de l’année la Conférence sur le climat et que la France est de nouveau rappelée à l’ordre par l’Union européenne pour dépassement des limites d’émission de particules fines, le gouvernement vient de suspendre l’autoroute ferroviaire Atlantique (AFA). « L’État ne signera pas le contrat de mise en œuvre » prévu avec Lorry Rail, et arrivé à échéance, a indiqué, jeudi 30 avril, le secrétaire d’État aux Transports, Alain Vidalies. Ce projet, qui prévoyait de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.