Athènes et la troïka signeront-ils ?

Face aux conséquences d’un Grexit, les créanciers se montrent plus conciliants.

Le ton change à quelques jours de l’éventualité d’un saut dans le vide de la zone euro. La balle est désormais « dans le camp des autorités européennes », a estimé lundi le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, alors que les nouvelles propositions présentées par Athènes ont suscité un regain d’optimisme sur les chances de sceller un accord avec la Grèce. Les mesures publiées par Athènes pour éviter au pays le défaut de paiement de 1,6 milliard d’euros de dette au Fonds monétaire international (FMI)…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.