Le loupé de Martine Aubry

Lors de l’élection des secrétaires fédéraux, son candidat n’a obtenu que 41,6 %.

Politis  • 17 juin 2015
Partager :
Le loupé de Martine Aubry
Photo : Michel Soudais

En se ralliant à la motion de Jean-Christophe Cambadélis, Martine Aubry espérait, disait-on, garder les coudées franches pour organiser sa succession à Lille. Un beau loupé. Lors de l’élection des secrétaires fédéraux, le 11 juin, son candidat, Gilles Pargneaux (à gauche en photo), qui occupait ce poste depuis dix ans, n’a obtenu que 41,6 % des voix face à Martine Filleul (47,9 %) dans une triangulaire où l’aile gauche avait choisi de ne pas aider la maire de Lille en présentant Rémi Lefebvre (10,5 %). Pire, il n’arrive en tête que dans 3 des 10 sections lilloises. Issue de la même motion, Mme Filleul était soutenue par Patrick Kanner, le ministre des Sports, qui conteste le choix de Mme Aubry de transmettre sa mairie à François Lamy, l’ex-ministre de la Ville.

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don