Le loupé de Martine Aubry

Lors de l’élection des secrétaires fédéraux, son candidat n’a obtenu que 41,6 %.

En se ralliant à la motion de Jean-Christophe Cambadélis, Martine Aubry espérait, disait-on, garder les coudées franches pour organiser sa succession à Lille. Un beau loupé. Lors de l’élection des secrétaires fédéraux, le 11 juin, son candidat, Gilles Pargneaux (à gauche en photo), qui occupait ce poste depuis dix ans, n’a obtenu que 41,6 % des voix face à Martine Filleul (47,9 %) dans une triangulaire où l’aile gauche avait choisi de ne pas aider la maire de Lille en présentant Rémi Lefebvre (10,5 %).…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.