Le petit pas de Royal

La ministre de l’Écologie a déclaré avoir « demandé » aux jardineries d’interdire « la vente libre » du Roundup.
Politis  • 17 juin 2015
Partager :

Coup de com’ ou procédure ferme ? La ministre de l’Écologie a déclaré, dimanche dernier, avoir « demandé » aux jardineries d’interdire « la vente libre » du Roundup : le glyphosate, molécule active du pesticide vedette de Monsanto, est reconnu comme « cancérogène probable ». Mais sur quel texte s’appuie la ministre (le produit est en vente légale) ? Ne s’agit-il pas seulement de bannir le « libre-service » (hors conseiller jardinage), ce que prévoit le plan Ecophyto pour 2018 ? Ségolène Royal a promis mardi un amendement à la loi de transition énergétique pour interdire le glyphosate en vente libre au 1er janvier 2016. Bien, mais les agriculteurs ne sont pas concernés. Or, ils consomment 90 % des pesticides vendus en France. Et Stéphane Le Foll s’est prononcé catégoriquement contre l’interdiction du Roundup dans l’agriculture. Monsanto n’a pas fini d’engranger ses bénéfices mortifères…

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don