Le petit pas de Royal

La ministre de l’Écologie a déclaré avoir « demandé » aux jardineries d’interdire « la vente libre » du Roundup.

Coup de com’ ou procédure ferme ? La ministre de l’Écologie a déclaré, dimanche dernier, avoir « demandé » aux jardineries d’interdire « la vente libre » du Roundup : le glyphosate, molécule active du pesticide vedette de Monsanto, est reconnu comme « cancérogène probable ». Mais sur quel texte s’appuie la ministre (le produit est en vente légale) ? Ne s’agit-il pas seulement de bannir le « libre-service » (hors conseiller jardinage), ce que prévoit le plan Ecophyto pour 2018 ? Ségolène Royal a promis…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.