Le webdoc mène l’enquête

D’une affaire politico-financière aux données informatiques personnelles, le genre s’empare de l’investigation.

Des sols rouges désolés, des fondations inachevées, des murs à peine dressés. Tel est le paysage aujourd’hui de Bakouma, en Centrafrique, village promis au développement économique, avec son école, son hôpital, ses centres de recherche, il y a encore à peine cinq ans. Tout a commencé en 2007, quand Areva rachète à la bourse de Toronto une société canadienne, Uramin, immatriculée dans les îles Vierges, détenant trois gisements d’uranium en Afrique du Sud, en Namibie et en Centrafrique (à Bakouma donc).…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.