Les frondeurs esquissent « l’après-Poitiers »

Battue lors du vote des militants, l’aile gauche n’entend pas « rentrer dans le rang » pour autant. Plusieurs de ses animateurs sont tentés d’avoir « un pied dedans, un pied dehors ».

Qu’allait-il se passer au congrès du PS, puisque tout était joué d’avance ? Amputé de sa fameuse « nuit des résolutions », libéré du suspense de savoir si le parti réussirait sa légendaire « synthèse », dénué, donc, de tout enjeu politique, le congrès du PS, organisé le week-end dernier à Poitiers, s’est résumé à presque rien : une guerre d’images. Avec, d’un côté, les représentants de la motion A, pro-gouvernementale, bien décidés à se montrer triomphants en dépit de leur victoire à la Pyrrhus ( Politis…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.