Les trompeuses douceurs du frémissement

Il faut vraiment être optimiste pour détecter une embellie.

Dans la « grande » presse, le mot fétiche pour décrire les tendances de la croissance dans l’économie européenne est aujourd’hui « frémissement ». En France, nous dit-on, on peut percevoir au premier trimestre 2015 les signes avant-coureurs d’une reprise. Et ce n’est pas sans une certaine satisfaction que l’on note que le taux de croissance en Allemagne pour ce trimestre est inférieur au taux français et qu’aux dernières nouvelles l’économie des États-Unis pourrait entrer en récession. Mais le malheur des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents