Rithy Panh, au bout de la nuit

Diffusé (tard) ce soir, « la France est notre patrie » rend compte de la colonisation du Cambodge. Un cinéma colonial livré de façon époustouflante.

Raconter une histoire, en lui donnant une forme certaine, assumée, telle est la marotte de Rithy Panh. Avec La France est notre patrie , il s’agit de conter une rencontre manquée entre deux cultures, deux sensibilités, deux imaginaires, autour de la colonisation du Cambodge, cette « Indochine fertile » , à partir d’images fabriquées par d’autres, dans un autre temps. Se succèdent des archives, de 1899 aux années 1950 (jusqu’à la chute de Dien Bien Phu), les Blancs d’un côté, chapeautés, cravatés,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.