Turquie : « Une défaite relative pour Erdogan »

Les islamo-conservateurs remportent les législatives, mais sortent affaiblis d’une élection qui devait donner les pleins pouvoirs au Président. Analyse du directeur adjoint de l’Iris, Didier Billion.

Les élections législatives devaient permettre au Président turc, Recep Tayyip Erdogan, de renforcer son pouvoir. Son parti, l’AKP, islamo-conservateur, sort au contraire diminué de ce scrutin. Spécialiste de la Turquie, Didier Billion analyse ici les conséquences intérieures et extérieures d’un vote qui, cependant, conforte la démocratie. Quel bilan tirez-vous de ces législatives ? Didier Billion : C’est une défaite relative car l’AKP reste tout de même le premier parti en Turquie. Avec 41 % des voix,…

Il reste 90% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Debout les festivals !

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.