Avignon : Un « off » cuisiné à la sauce douce-amère

Trois spectacles où la désillusion politique est portée par des écritures fortes.

La Mémoire des serpillières, de Matéi Visniec Chez Victor Quezada-Perez, le nez des clowns n’est pas rouge pour rien. Après une version burlesque de la Résistible Ascension d’Arturo Ui, le metteur en scène revient à Matéi Visniec, qu’il a souvent monté. Comme toujours chez cet auteur français d’origine roumaine, Ceausescu n’est pas loin. Pas tout près non plus, heureusement. Fable politique dont un journaliste français est le héros désespéré, la Mémoire des serpillières est un terrain de jeu idéal pour…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.