La nation est-elle ringarde ?

Censée disparaître dans l’intégration européenne et parfois vecteur de dérives identitaires, la nation n’en est pas moins un espace démocratique et opère un retour sur la scène.

Olivier Doubre  • 16 juillet 2015 abonné·es
La nation est-elle ringarde ?
© Photo : Gérard Cercles/AFP

Qu’en est-il de « la perte du pouvoir des États-nations » dans le cadre européen, comme s’en réjouissait Jacques Attali, en visionnaire

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
La nation est-elle ringarde ?
Temps de lecture : 1 minute