Dossier : L'Amour au temps du libéralisme

La rue ne sépare pas ceux qui s’aiment

Nombreux sont les sans-abri qui vivent en couple. Trois d’entre eux témoignent ici de cette réalité mal connue, voire taboue.

Maria 1 a tout d’une femme forte. Regard franc, taille solide, cette Roumaine d’une quarantaine d’années déambule d’un pas assuré dans le foyer des Enfants du canal, dans le Ve arrondissement de Paris. C’est là qu’elle vit depuis un peu plus de deux ans avec son mari, Vlad. Plusieurs couples cohabitent dans cette structure associative pour sans-abri : une rareté en France, où la vie amoureuse des SDF semble la dernière préoccupation des structures d’aide. Pourtant, l’amour dans la rue n’a rien d’un luxe.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.