« les Secrets des autres », de Patrick Wang : Silences révélateurs

Dans les Secrets des autres, Patrick Wang poursuit avec finesse sa réflexion sur le deuil.

Ils sont côte à côte, la jeune fille un peu devant le jeune homme. La caméra est posée du côté de ce qu’ils regardent et commentent. Pendant toute la séquence, on ne voit pas l’objet de leur attention. On se concentre donc sur leurs mots, leurs expressions, leurs regards : tout ce qui constitue la matière de leur échange et participe de leur relation. Et puis, au bout d’un moment, contrechamp : ce que regardent les jeunes gens apparaît. Ce sont des dioramas. Soit des maquettes de spectacles ou de contes,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents