270 suppressions de postes à Radio France

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Réuni ce matin, le Comité central d’entreprise (CCE) a proposé la suppression de 270 postes en CDD et en CDI d’ici 2018, sur les 4500 postes environ qui animent Radio France. Cette proposition répond au plan de 350 départs volontaires annoncé par Mathieu Gallet au printemps pour redresser les comptes du groupe en déficit de 21 millions cette année (un plan qui avait, parmi d’autres griefs, abouti à une grève historique dans la maison ronde de quatre semaines). La suppression de ces postes s’opérerait par le non remplacement de départs dits « naturels » (retraites et démissions).

Dans le détail, ces suppressions toucheraient 230 CDI et 40 CDD équivalent-temps plein, sur les trois ans à venir. Selon les syndicats, « de 350 à 270 suppressions de postes, la différence tient notamment à un retour à l’équilibre en 2018 au lieu de 2017 » . Elle tient aussi au remplacement de départs à la retraite par un personnel plus jeune et nettement moins payé.

La direction a également annoncé la création de 48 postes sur des emplois nouveaux, d’ici 2019 (c’est-à-dire sur des emplois qui n’existent pas encore au sein de Radio France). Il n’empêche, s’inquiète le syndicat Unsa, « même si nous sommes satisfaits d'échapper au plan de départs volontaires, qui était beaucoup trop brutal et coûtait cher, nous ne sommes pas satisfaits de l'alternative posée sur la table » . L’enjeu reste le même, les conditions de travail et maintenir une radio de qualité.


Photo : Loïc Venance

Haut de page

Voir aussi

Articles récents