La France malade de sa mémoire

Deux historiens et un sociologue analysent les obsessions identitaires qui déchirent la société française.

En 2010, les historiens Nicolas Bancel et Pascal Blanchard et le sociologue Ahmed Boubeker publiaient Ruptures postcoloniales (La Découverte). Ils souhaitaient contribuer à « repenser le cadre hexagonal », lacéré par des crispations, des assignations et des conflits identitaires largement dus à l’héritage impérial. Le livre était sorti en plein débat sur l’identité nationale, organisé par le ministère « de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire ». On se…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents