La pensée aboutie d’André Gorz

Trois entretiens tardifs précisent les dernières positions du philosophe, pionnier de l’écologie politique.

Au lendemain de son suicide commun avec sa femme Dorine en septembre 2007, était paru Écologica, aux éditions Galilée, qui regroupait des passages de certains de ses ouvrages de la décennie 1970 et, surtout, des entretiens ou des textes des dernières années parus essentiellement dans des revues écologistes. Par son titre et son contenu, ce volume posthume – qu’André Gorz avait soigneusement conçu avant son geste ultime d’affirmation de sa liberté – eut valeur de manifeste. Le philosophe, « écologiste avant…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents