Dossier : Rentrée politique : La stratégie du chaos

Rentrée 2015 : la bataille des programmes

Cette année sera le théâtre de débats sur le contenu et l’organisation des enseignements.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Coincée entre la réforme des rythmes scolaires et celles du collège et des programmes, qui marqueront la rentrée 2016, cette année sera le théâtre de débats sur le contenu et l’organisation des enseignements. Quelques nouveautés cependant : les programmes de maternelle, les parcours d’éducation artistique et culturelle et l’éducation morale et civique. Cette dernière, lancée dans la France post- Charlie, une « discipline » qui n’est pas finalisée, soulève le plus de perplexité. D’autant que les professeurs sont censés l’enseigner dès cette semaine, sans disposer des heures ni du matériel pédagogique afférents. L’Éducation nationale a beau représenter le premier budget de la nation, le gouvernement Hollande ne tient pas ses engagements en termes d’embauches. Si l’école française a de mauvais résultats, notamment dans le classement Pisa, pourquoi ne pas s’être attaqué en priorité « à la mixité sociale ? », interroge le pédagogue Philippe Meirieu dans ce dossier. Les 1 089 nouveaux réseaux d’éducation prioritaire (REP) déshabillent des établissements ZEP dont la démographie n’a pas changé. L’idée directrice des nouveaux programmes scolaires, c’est la lutte contre le décrochage, l’ennui des élèves, le désintérêt pour les disciplines traditionnelles. D’où, notamment, la création des enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI), qui intégreront les emplois du temps en 2016. Mais comment alléger les programmes ? Comment dégager du temps de concertation ? Ne fallait-il pas, pour « accrocher » les élèves, commencer par mettre au pupitre un professeur bien formé ? Et réduire le nombre d’élèves par classe ?


Photo : KSIAZEK/AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents