Russie: « La propagande selon Poutine » sur Arte

Claude-Marie Vadrot  • 8 septembre 2015
Partager :

Le documentaire allemand diffusé ce mardi soir par Arte ou à revoir plus tard en différé, fait le point sur la propagande des chaines russes. Il montre à quel point ce pays a retrouvé les méthodes de l’ex-Union soviétique : à propos de la Crimée, de l’Ukraine et du monde occidental, tous ceux qui ne sont pas d’accord avec Poutine sont qualifiés de fasciste. Une ancienne méthode soviétique qui commença et connut ses premières grandes heures quand le Maréchal Tito commit le sacrilège d’émettre des doutes sur la politique de l’Union soviétique et d’entreprendre de se démarquer (et de se séparer) du « pays frère ».

Ce travail documentaire notamment basé sur l’examen attentif de la première chaine russe –bien que les autres canaux véhiculent la même nauséabonde propagande- montre à quel point et dans les mêmes conditions- les citoyens russes sont de plus en plus abreuvées de fausses informations qui entretiennent une détestation de l’Occident. Des informations d’autant plus efficaces et nocives que la plupart des médias écrits sont, à l’exception de Novaïa Gazeta où travaillait La journaliste assassinée Anna Politovskaïa, soit en voie de disparition soit contrôlés par le Kremlin. Sans oublier les journaux et les chaines de province qui sont aux mains des gouverneurs nommés par le pouvoir en place sans les moindre respect pour la démocratie régionale attentivement surveillés par les oligarques pillant les ressources du pays.

Ce travail documentaire qui montre notamment un des célèbres présentateurs du dimanche soir évoquant la puissance du pays pouvant « réduire les autres en cendres nucléaires », éclaire parfaitement la dérive totalitaire d’un pays et d’un président qui, après le désastreux règne de Boris Elstine, aurait pu choisir une voie démocratique qui lui aurait valut le respect du reste du monde. Mais entre un capitalisme débridé, la répression et la régression politique et sociale liée à l’influence grandissante de l’Eglise orthodoxe qui voit le diable dans la musique moderne, la démocratie, le respect occidental des homosexuels, dans les amoureux qui s’embrassent dans les rues et dans toutes les autres religions, la Russie a choisi la nostalgie des pires années du communisme stalinien. Comme si le modèle du régime de Bachar el Assad activement soutenu, diplomatiquement et militairement, consistait la seule perspective de Vladimir Poutine dont le rêve est de se maintenir indéfiniment au pouvoir.

Le film de Stephan Kûrnrich explique clairement, pourquoi et comment, abreuvés de fausses nouvelles et de commentaires biaisés, 80 % des Russes seraient fidèles à un régime qui réinvente la dictature stalinienne et oublieux de leur magnifique culture. A voir absolument.

Publié dans
Les blogs et Les blogs invités
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don