« Un soir chez Boris », d'Olivier Debelhoir : Le cirque au coin du feu

Avec Un soir chez Boris, Olivier Debelhoir signe son premier solo. En trappeur fantaisiste, il convoque dans sa yourte un imaginaire original. Un délicieux rempart d’absurde contre l’isolement.

Avec sa barbe de mille jours, une vieille casquette bien vissée sur sa tête en broussaille et sa chemise de trappeur rentrée dans un short informe, Boris, alias Olivier Debelhoir, a tout de l’ermite des temps modernes. Ou du vieux garçon un peu dérangé. Les apparences, il fait croire qu’il s’en fout. Mais sa désinvolture a quelque chose de surjoué. Quand il accueille les spectateurs – une petite centaine chaque soir – dans sa yourte-chapiteau, il semble déterminé à ne pas lâcher un sourire. À faire le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.