Visa pour l'image, visa pour le chaos

À Perpignan, Gerd Ludwig et Andres Kudacki proposent deux reportages plutôt inattendus.

C’est le lot de chaque édition de Visa pour l’image. Et cet opus numéro 27 n’y échappe pas. Rendre compte, témoigner, informer sur le monde tel qu’il va (mal). Avec, au programme du festival international de photojournalisme, la Syrie et ses ravages, le séisme au Népal, l’épidémie d’Ebola, les émeutes au Burundi… Les festivaliers pouvaient s’y attendre. Non qu’il faille oublier la Syrie, les conditions de vie des réfugiés à travers le Moyen-Orient, les migrants sur le bassin méditerranéen, ou ignorer les…

Il reste 86% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents