Vous êtes bien sur Canal moins

Ce n’est plus un ménage de rentrée, c’est une hécatombe. Vincent Bolloré met le groupe à sa botte. À tous les étages.

Pour le téléspectateur, c’est encore à peine visible. Les « Guignols » ne sont plus à l’écran (leur retour, repoussé en octobre, sera en crypté, avec de nouveaux auteurs puisque quatre historiques ont été virés) ; Maïténa Biraben a succédé à Antoine de Caunes au « Grand Journal » avec une formule « plus polie ». Pour le reste, c’est un jeu de chaises musicales assez classique. Ce qui n’empêche pas le grand patron, Vincent Bolloré, nouveau président du conseil de surveillance de Vivendi, d’intervenir. Tel…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents