Jean-Luc Einaudi, pionnier en histoire

Un portrait émouvant de l’homme qui sortit de l’oubli le massacre des Algériens à Paris le 17 octobre 1961.

Le 17 octobre 2015, Anne Hidalgo, maire de Paris, et de nombreux élus de la capitale se rendront sur le pont Saint-Michel, face à la préfecture de police. Comme chaque année, ils déposeront une gerbe devant la plaque commémorative inaugurée le 17 octobre 2001 par Bertrand Delanoë, en mémoire de la manifestation pacifique des Algériens, le 17 octobre 1961, contre le couvre-feu raciste institué à leur seule encontre. Une manifestation sauvagement réprimée par la police, alors sous les ordres du préfet…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents