SOS racistes

Ça fait quinze ans qu’Alain Finkielkraut vole au secours de marchand(e) s de phobies.

An 2000 : un écrivain – Renaud Camus – se laisse aller à déplorer dans son « Journal » que les « collaborateurs juifs » de France Culture (dont il ne précise pas comment il les identifie comme tels) soient parfois si nombreux ( « en nette surreprésentation » ) à l’antenne de ce « poste national ». Comme ces propos suscitent un peu d’émoi, Alain Finkielkraut, philosophe, se porte au secours de son excellent « ami » Camus, pour décréter que le gars n’est bien évidemment pas antisémite, voyons – qu’allais-tu…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents