André Glucksmann: Un intellectuel bien de son temps

Cet homme, quoi qu’on en ait pensé, est un témoin de son temps. Ses colères homériques ont fait partie de notre univers médiatique, et n’ont pas toujours été inutiles.

Cette page était bouclée – et consacrée à un tout autre sujet – quand j’ai appris la mort d’André Glucksmann. Double dilemme à une heure pour nous aussi tardive : en parler ou pas ? En parler vite, et peut-être mal, ou faire silence ? Prenons le risque. En parler, bien sûr, parce que cet homme, quoi qu’on en ait pensé, est un témoin de son temps, que ses colères homériques ont fait partie de notre univers médiatique, et qu’elles n’ont pas toujours été inutiles. On imagine bien pourtant que sa disparition…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents