Fanon, médecin de la maladie coloniale

Un nouveau tome d’ Œuvres regroupe fictions et textes médicaux et politiques inédits.

En septembre 1959, François Maspero, sur le point de publier l’An V de la révolution algérienne, doit en écrire la préface sans que l’auteur, Frantz Fanon (1925-1961), retenu à Tunis, ne puisse la lire. Celui-ci lui écrit : « C’est à vous de voir – je vous laisse seul juge. Ce que vous déciderez a déjà mon accord. » L’éditeur et le psychiatre, né en Martinique, ne se sont jamais vus – et ne se rencontreront d’ailleurs jamais. Maspero, qui admire Peau noire, masques blancs, le seul livre alors publié de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents