Haine de l’autre et haine de soi

L’historien Pascal Blanchard réagit, après une promenade le 15 novembre dans Paris avec ses enfants, sur les implications des attentats dans la France contemporaine.

En regardant les places et les rues de Paris, ce dimanche 15 novembre, où la jeunesse de France refuse la terreur, refuse d’être une cible passive, on se dit que l’on est entré dans une guerre sans précédent. Dans cette guerre qui frappe la France, derrière cette terreur qui s’affirme, on ne peut qu’être sidéré par cette volonté de tuer la jeunesse de notre pays. Ce sont désormais des cibles à détruire. Dans des lieux de vie et de plaisir, des lieux de culture ou de compétitions sportives. Il fallait tuer…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents