Juifs et musulmans : le refus de la fatalité

Un ouvrage collectif analyse les causes des tensions actuelles et les ramène à l’histoire plutôt qu’à la religion.

Denis Sieffert  • 25 novembre 2015 abonné·es
Juifs et musulmans : le refus de la fatalité
Juifs et musulmans, retissons les liens ! , sous la direction d’Esther Benbassa et Jean-Christophe Attias, CNRS éditions, 63 p., 4 euros.

Voici un petit livre qui prolonge utilement une rencontre organisée au Sénat le 12 mars dernier sur le thème « Juifs et musulmans, retissons les liens ! ». Les initiateurs en étaient les infatigables Esther Benbassa et Jean-Christophe Attias, qui, depuis de nombreuses années, mettent leur érudition au service de l’antiracisme. Précieuse érudition, en effet, parce que la connaissance de l’histoire est un antidote contre le poison des préjugés. Puisque juifs et musulmans ont si longtemps vécu en bonne intelligence, c’est qu’il n’y a pas de fatalité.

Abordé sous cet angle, l’antagonisme – quand il existe – revient dans le cercle de la raison. On saura gré à Esther Benbassa de rappeler les événements qui ont provoqué de durables tensions : le décret Crémieux de 1870, parce qu’il a donné aux juifs d’Algérie une citoyenneté que la France coloniale a refusée aux musulmans ; la décolonisation en terre arabo-musulmane, parce qu’elle a entraîné le départ des juifs dans le sillage des forces colonisatrices ; et, bien sûr, le conflit israélo-arabe, puis israélo-palestinien, parce qu’il a suscité dans notre société des phénomènes d’identification. Sans oublier la question sociale, entre fantasmes et réalités. Un chapitre plus loin, la sociologue Omero Marongiu-Perria, spécialiste de l’islam, repousse « les interprétations coraniques essentialistes » en rappelant que, dès son émigration vers la cité de Yathrib, la future Medine, Muhammad (Mahomet) avait établi « une charte d’entente avec tous les groupes tribaux de la cité, juifs compris ». Il revient ensuite à Jean-Christophe Attias de traiter l’actualité du problème, sujet ultra-sensible. Et plus encore depuis les sanglants événements de janvier 2015. Ce spécialiste de la pensée juive médiévale s’interroge sur une laïcité « trop souvent déclinée en laïcité d’exclusion » et « spécialement des musulmans ». Attias regarde avec scepticisme (que nous partageons) les inévitables appels au « dialogue interreligieux ». Avant de s’interroger : « Sommes-nous absolument certains que les menaces pesant le plus lourdement sur la paix du monde […] soient de nature principalement religieuse ? » « N’avons-nous pas plutôt affaire à des conflits de portée politique, territoriale, économique ou autre, qui trouvent à s’exprimer par le truchement d’un discours de tonalité religieuse ? »

À lire aussi la contribution du philosophe Joël Roman, qui nous invite à « déjouer les assignations identitaires » pour décliner notre citoyenneté « au prisme de nos identités multiples ». Au total, ce petit ouvrage est un outil pédagogique cent coudées au-dessus des fascicules de piètre morale que l’on a tenté, un temps, de faire entrer dans les écoles.

Idées
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »
Entretien 16 juillet 2024 abonné·es

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »

La Ve République est tombée dans une impasse politique. Gilles Richard, historien des droites du XXe siècle, esquisse la possibilité d’un rapprochement entre les droites néolibérales et européistes au Parlement. Et redoute qu’Emmanuel Macron n’active l’article 16 de la Constitution.
Par Tristan Dereuddre
Contre la haine en cravate
Histoire 16 juillet 2024 abonné·es

Contre la haine en cravate

L’actualité française et internationale nous rappelle tout l’intérêt de l’enquête de l’historien Mark Bray sur l’antifascisme de 1945 jusqu’à nos jours, des deux côtés de l’Atlantique.
Par Olivier Doubre
Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite
Médias 11 juillet 2024

Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite

Spécialiste en sciences de la communication, François Jost montre le danger pour la démocratie de la concentration des médias entre des grands groupes privés. Et dénonce comment les médias Bolloré contournent leur obligation légale de pluralisme des opinions.
Par Olivier Doubre
Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !
Chronique 11 juillet 2024

Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !

Kaoutar Harchi souligne la place centrale des militants des quartiers populaires au sein de la gauche, dont certains ont pu accéder aux bancs de l’Assemblée nationale. Et qui laissent espérer pour ce pays un autre avenir que celui qui semblait, le 7 juillet, scellé.
Par Kaoutar Harchi