La belle auto du patron

Benoît Sourty revient en images sur des magnats du textile sacrifiant leurs employés pour leur collection de voitures.

Le compte est impressionnant. Cent cinquante-trois Bugatti, 16 Rolls, 8 Hispano-Suiza, 31 Mercedes, 8 Maserati. Fritz Schlumpf ne fait pas les choses à moitié. Le collectionneur s’enorgueillit encore de 30 De Dion-Bouton, 10 Alfa Romeo, 14 Ferrari. Au total, avec son frère Hans, il possède 560 véhicules rares, une dizaine de sociétés, 4 usines de filatures, avec 1 700 ouvriers. Cet empire s’est construit à la fin des années 1930, quand les frères Schlumpf, de nationalité suisse, investissent dans la laine,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents