Le Brady, par Jacques Thorens : Au temps des nanars

Jacques Thorens raconte avec humour et sensibilité son expérience de caissier-projectionniste au Brady.

Anaïs Heluin  • 4 novembre 2015 abonné·es
Le Brady, par Jacques Thorens : Au temps des nanars
Le Brady, cinéma des damnés , Jacques Thorens, Verticales, 353 p., 21 euros.
© MULLER/AFP

Le jour où il débarque, CV à la main, devant la façade criarde du cinéma Le Brady, Jacques Thorens n’a pas conscience de l’absurdité de son geste. Les paperasses, le réalisateur et propriétaire des lieux, Jean-Pierre Mocky, s’en balance. Avec

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 2 minutes