Les confessions d’un homme du siècle

Un récit de l’auteur autrichien Peter Turrini mis en scène par Claude Brozzoni. Histoire et vie mêlées.

C’est une belle histoire d’amitié : le metteur en scène français Claude Brozzoni demande à l’écrivain autrichien Peter Turrini de lui écrire un texte. L’auteur de Tuer le cochon et d’ Éléments moins performants se fait prier mais, un jour, le texte arrive : C’est la vie, créé à la scène Bonlieu à Annecy et donné actuellement au Rond-Point. Ce n’est pas tout à fait une pièce, mais plutôt un assemblage d’écrits – souvenirs, poèmes, proses diverses – qui, dans leur succession, racontent une vie. Turrini a 71…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents