Parutions de la semaine

Politis  • 11 novembre 2015 abonné·es

Semences hors-la-loi. La biodiversité confisquée

Blanche Magarinos-Rey, Gallimard, « Alternatives », 160 p., 17 euros.

L’auteure, avocate au barreau de Paris et diplômée en droit de l’environnement et de l’urbanisme, assure depuis 2006 la défense de l’association Kokopelli, qui diffuse dans le monde une vaste collection de variétés de semences traditionnelles. Poursuivie par l’État, condamnée par la Cour de cassation, accusée de « concurrence déloyale », désavouée par la Cour de justice de l’Union européenne, Kokopelli fait figure de naufragée sur son radeau. Car l’engouement de l’industrie chimique pour les semences a fait de leur production un secteur à forte rentabilité. Dans ce contexte, le rôle joué par la législation au cours des cinquante dernières années a amplifié le mouvement d’appropriation du vivant, dont ce livre décrit les enjeux.

Services publics à crédit

Nicolas de La Casinière, éd. Libertalia, 128 p., 8 euros.

Après avoir publié une enquête sur la multinationale Vinci ( les Prédateurs du béton, Libertalia, 2013), Nicolas de La Casinière s’est plongé dans les pièges des partenariats public-privé (PPP) à la française, nés en 2004 après un travail acharné de lobbying poussant à remodeler la réglementation en y intégrant les exigences du capitalisme financier. Les volumineux contrats rédigés par les opérateurs privés instaurent une dissymétrie flagrante, contredisant l’idée d’un partenariat. Et, invoquant le secret des affaires et la protection d’éléments confidentiels au titre de la concurrence, l’opacité est la règle, au détriment du citoyen. Le livre fourmille d’exemples des effets catastrophiques de ces partenariats, souvent dénoncés par la Cour des comptes.

Rentrer hors des clous

Revue Vacarme, n° 73, automne 2015, 144 p., 12 euros.

Vacarme, revue trimestrielle créée en 1997, propose une belle nouvelle formule, dans un format un poil plus grand, à la couverture souple. Mais elle conserve son engagement, son « désir d’en découdre » et son exigence de qualité, afin de permettre au lecteur, d’ « écouter toutes sortes de voix, du poème à la militance ». Avec un site lui aussi renouvelé (www.vacarme.org), Vacarme ouvre désormais ses pages à des chroniques de haute volée, signées Étienne Balibar, Sophie Wahnich, Philippe Mangeot ou Mathieu Potte-Bonneville. Sans oublier un entretien passionnant sur l’islam, le monde arabe et la Tunisie d’aujourd’hui, avec le psychanalyste Fethi Benslama. Longue vie !

Idées
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »
Entretien 16 juillet 2024 abonné·es

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »

La Ve République est tombée dans une impasse politique. Gilles Richard, historien des droites du XXe siècle, esquisse la possibilité d’un rapprochement entre les droites néolibérales et européistes au Parlement. Et redoute qu’Emmanuel Macron n’active l’article 16 de la Constitution.
Par Tristan Dereuddre
Contre la haine en cravate
Histoire 16 juillet 2024 abonné·es

Contre la haine en cravate

L’actualité française et internationale nous rappelle tout l’intérêt de l’enquête de l’historien Mark Bray sur l’antifascisme de 1945 jusqu’à nos jours, des deux côtés de l’Atlantique.
Par Olivier Doubre
Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite
Médias 11 juillet 2024

Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite

Spécialiste en sciences de la communication, François Jost montre le danger pour la démocratie de la concentration des médias entre des grands groupes privés. Et dénonce comment les médias Bolloré contournent leur obligation légale de pluralisme des opinions.
Par Olivier Doubre
Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !
Chronique 11 juillet 2024

Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !

Kaoutar Harchi souligne la place centrale des militants des quartiers populaires au sein de la gauche, dont certains ont pu accéder aux bancs de l’Assemblée nationale. Et qui laissent espérer pour ce pays un autre avenir que celui qui semblait, le 7 juillet, scellé.
Par Kaoutar Harchi