Pascal Boniface : « Le soutien de Poutine à Bachar n’est pas éternel »

Pascal Boniface analyse les effets des attentats de Paris sur la crise syrienne et les mesures annoncées par la France.

Denis Sieffert  et  Talia Olvera Martinez  • 25 novembre 2015 abonné·es
Pascal Boniface : « Le soutien de Poutine à Bachar n’est pas éternel »
Pascal Boniface Directeur de l’Institut des relations Internationales et stratégiques. Il vient de publier l’Atlas du monde global (avec Hubert Védrine, Armand Colin) et la Géopolitique (Eyrolles).
© POUJOULAT/AFP

Au moment où François Hollande est à la recherche de sa « grande coalition » pour vaincre Daech, le politologue Pascal Boniface s’interroge sur les effets d’une stratégie militaire. Et analyse l’attitude de la Russie ainsi que la nature de son soutien au régime de Damas.

Il semble que les attentats parisiens aient inspiré à François Hollande un tournant stratégique sur la Syrie. Qu’en pensez-vous ?

Pascal Boniface : Ce n’est pas vraiment un tournant mais une évolution par rapport à la situation d’avant les attentats. La France dit à présent avec plus d’insistance que Daech est l’ennemi principal. Mais, ce qui n’a pas changé, c’est la position officielle de la France :

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 6 minutes