Une féministe dans le bidonville

Dans la « new jungle », Baby a fait passer les femmes du silence à la contestation sociale.

L’un de ses deux téléphones sonne. Dressée dans son jean et sa doudoune noirs, Baby répond en amharique, l’une des quatre langues qu’elle parle, avec le tigrigna, l’anglais et l’arabe. Un large sourire illumine son visage marqué : « C’était une femme d’ici, elle a réussi à passer la frontière ! Regardez, elle m’a appelé d’un numéro anglais ! », s’enthousiasme la jeune Éthiopienne de 29 ans. Dans la « new jungle » de Calais, les bonnes nouvelles sont rares et vite emportées par le tourbillon d’une économie…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.