Boire la COP jusqu’à la lie

Il faudrait laisser 80 % des ressources fossiles dans le sol.

Jean-Marie Harribey  • 2 décembre 2015 abonné·es

Même les gouvernements des pays les plus riches et donc les plus pollueurs du monde reconnaissent en off qu’il ne faut pas attendre de miracle de la COP 21. Pire, sans doute entérinera-t-elle le recul acté à Copenhague en 2009. Puisque les objectifs du protocole de Kyoto n’ont pas été atteints

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Chaque semaine, nous donnons la parole à des économistes hétérodoxes dont nous partageons les constats… et les combats. Parce que, croyez-le ou non, d’autres politiques économiques sont possibles.

Temps de lecture : 3 minutes