Boire la COP jusqu’à la lie

Il faudrait laisser 80 % des ressources fossiles dans le sol.

Même les gouvernements des pays les plus riches et donc les plus pollueurs du monde reconnaissent en off qu’il ne faut pas attendre de miracle de la COP 21. Pire, sans doute entérinera-t-elle le recul acté à Copenhague en 2009. Puisque les objectifs du protocole de Kyoto n’ont pas été atteints (+ 56 % de gaz à effet de serre émis dans le monde entre 1990 et aujourd’hui, au lieu d’une baisse de 5,2 %), eh bien on n’en fixe pas pour l’avenir. Un beau tour de passe-passe. On se contente d’enregistrer et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Un message positif

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents