COP 21 : « Si on ne marche pas, ça ne marchera pas ! »

Dimanche, en dépit des interdictions, de nombreux mouvements ont défilé pacifiquement pour le climat. Mais, abrité derrière l’État d’urgence, le gouvernement s’est livré à une répression sans précédent.

Ce dimanche 29 novembre en fin d’après-midi, place de la République, les gendarmes mobiles étaient détendus et volontiers blagueurs. Au terme de trois quarts d’heure d’une parodie d’émeute, sur une place qu’on croirait dessinée pour le « maintien de l’ordre », ils ont conclu sans difficultés une semaine de mise à l’index des militants écologistes, au moment précis où tous les regards sont tournés vers les racines de leur combat. Les altermondialistes ont été ciblés par une vague inouïe de répression par…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents