COP 21 : « Si on ne marche pas, ça ne marchera pas ! »

Dimanche, en dépit des interdictions, de nombreux mouvements ont défilé pacifiquement pour le climat. Mais, abrité derrière l’État d’urgence, le gouvernement s’est livré à une répression sans précédent.

Erwan Manac'h  • 2 décembre 2015 abonné·es
COP 21 : « Si on ne marche pas, ça ne marchera pas ! »
© Photo : Elodie Chacon

Ce dimanche 29 novembre en fin d’après-midi, place de la République, les gendarmes mobiles étaient détendus et volontiers blagueurs. Au terme de trois quarts d’heure d’une parodie d’émeute, sur une place qu’on croirait dessinée pour le « maintien de l’ordre », ils ont conclu sans difficultés une semaine de mise à l’index des militants écologistes, au moment précis où tous les regards sont tournés vers les racines de leur combat.

Les altermondialistes ont été ciblés par une vague inouïe de répression par anticipation. Au moins 24 assignations à résidence ont été prononcées sur la base de renseignements approximatifs. Les arguments déclinés par les arrêtés sont sans ambiguïté : c’est le « profil militant » qui est ciblé : tel assigné en Ariège « envisageait de se rendre à la COP 21 », tel autre, rennais, « était présent

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 9 minutes