En 2015, plus de 60 millions de réfugiés sur les routes

En 2015, le nombre de personnes poussées sur les routes a atteint un nouveau record, franchissant un palier dans cette crise migratoire sans précédent. Rétrospective d’une année noire.

Politis.fr  • 18 décembre 2015
Partager :
En 2015, plus de 60 millions de réfugiés sur les routes
© Photo : Armend Nimani / AFP

«L’année 2015 sera sans doute le théâtre d’une hausse sans précédent en matière de déplacements forcés dans le monde.» Dans son dernier rapport publié ce vendredi, le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés estime qu’en 2015, le nombre de réfugiés a largement dépassé les 60 millions. Au seul premier semestre 2015, au moins 5 millions de personnes supplémentaires ont été poussées sur les routes.

«Sans attendre, la communauté mondiale doit faire front sur ces efforts et sceller un nouveau pacte sur la mobilité qui repose sur une coopération renforcée entre les pays d’origine, de transit et de destination, un meilleur partage des responsabilités, et le respect intégral des droits de l’homme des migrants, quel que soit leur statut» , a déclaré Ban Ki-Moon à l’occasion de la journée internationale des migrants, ce 18 décembre.

Sans attendre…

Il y a près d’un an, Amnesty International alertait déjà sur cette crise humanitaire sans précédent, et s’alarmait de la position de l’Europe, toujours plus prompte à renforcer ses murailles qu’à répondre à l’urgence de la situation. L’année écoulée n’a pu que confirmer ce diagnostic. Rétrospective.

À chaque mois son naufrage. En 2015, ils ont été des milliers à tenter de traverser la Méditerranée pour rejoindre l’Europe. Des migrants, des exilés, poussés sur les routes par la multiplication des conflits, chacun porté par une histoire que les chiffres font parfois oublier.

Lire > Migrants : débattre pour mieux les connaître

Lire > Le long calvaire des réfugiés

Lire > Les migrants face à l’Europe-forteresse

Face à la crise migratoire, l’Europe se débat avec ses contradictions. Du sommet de Bruxelles en avril à l’accord passé avec la Turquie cet automne pour «freiner l’afflux des migrants», en passant par les négociations de «répartition des réfugiés» entre pays membres, l’Union européenne semble tourner en rond autour des solutions, au grand dam des associations.

Lire > Naufrages en Méditerranée : 100 organisations interpellent Hollande

Lire > Europe : La guerre aux migrants

Lire > Migrants : L’égoïsme européen

En France, on passe des images des forêts de tentes sous les ponts parisiens à celles des violentes arrestations de juin.

Lire > Du Bois Dormoy à la caserne désaffectée, la journée chaotique des migrants de La Chapelle

Lire > Les images de l’opération policière contre des migrants à Paris

Lire > Pression sans relâche contre les migrants à Paris

Une répression dénoncée par les associations qui plaident pour un changement radical de politique.

Lire > Les associations dénoncent la « banalisation » de la rétention administrative

Lire > Quelles solutions pour les migrants ?

Et puis il y a cette image d’un enfant noyé , qui s’impose aux yeux du monde début septembre, comme un brutal rappel de la réalité de la crise migratoire. Il y a les discussions européennes sur la répartition des exilés. Et, en France, les débats des municipalités sur l’accueil des réfugiés. Et le retour de discours nauséabonds distinguant le «bon réfugié» du «mauvais migrant».

Lire > Olivier Bianchi : « Accueillir les réfugiés est un choix de valeurs »

Lire > Réfugié, migrant, même combat

À cette image terrible du corps d’Aylan Kurdi viennent se superposer celles de la «jungle de Calais», honteuses images d’une France dépassée par la crise migratoire.

Lire > Calais : « Ouvrons les frontières ! »  

Lire > Migrants : « Une volonté de mise à l’écart »

Lire > Jungle de Calais : Le Conseil d’État confirme la condamnation de la France

Honte française, la «jungle de Calais» n’en est pas moins l’image de politiques migratoires communes à l’ensemble des pays européens, dénonçait l’organisation Migreurop ce week-end :

«La situation que connaît le Calais depuis près de 20 ans est symptomatique des politiques que prône avec une constance aveugle l’Union européenne. […] L’«encampement», le plus loin possible des regards des sociétés civiles, est bien l’horizon ultime des politiques migratoires de l’Union européenne : à force de trier les migrant·e·s, elle en arrive à violer les droits humains les plus fondamentaux, voire à provoquer la mort de nombreux exilé.e.s.»

«On se souviendra de 2015 comme d’une année marquée par les souffrances humaines et la tragédie des migrants. Ces 12 derniers mois, plus de 5 000 femmes, hommes et enfants ont perdu la vie alors qu’ils cherchaient la sécurité et une vie meilleure. Des dizaines de milliers d’autres sont exploités et maltraités par des trafiquants, et des millions sont pris comme boucs émissaires et sont devenus la cible de mesures xénophobes et de discours alarmistes» , alerte Ban Ki-Moon ce vendredi.

«En cette Journée internationale des migrants, engageons-nous à proposer des solutions cohérentes, globales et axées sur les droits de l’homme, qui soient guidées par le droit et les normes internationaux et une volonté commune de ne laisser personne à la traîne.»

Un vœu au Père Noël ou une bonne résolution pour 2016 ?

Retrouvez tous nos articles sur le sujet.

Société
Temps de lecture : 4 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Face à l’extrême droite, un bloc syndical et citoyen déterminé
Mobilisation 11 juin 2024

Face à l’extrême droite, un bloc syndical et citoyen déterminé

Les organisations syndicales veulent poursuivre l’esprit unitaire de la bataille des retraites, conscientes, comme la société civile, que le combat ne fait que commencer jusqu’aux législatives.
Par Hugo Boursier
Kylian « Megalopolis » Mbappé
Sport 4 juin 2024 abonné·es

Kylian « Megalopolis » Mbappé

L’attaquant français rejoint logiquement le Real Madrid au terme d’un exercice de communication parfaitement maîtrisé. Le capitaine des Bleus est un des Français les plus médiatiques et influents aujourd’hui, ce qu’Emmanuel Macron a bien compris.
Par Nicolas Kssis-Martov
« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney
Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître