Fusions et retraits de liste

Électoralement menacé, le PS a consenti assez facilement à des accords avec EELV et le FG. Mais ses désistements en faveur de la droite passent mal, y compris parmi ses propres troupes.

«Toute la gauche va faire front », affirmait lundi soir Jean-Christophe Cambadélis sur BFMTV, assurant que des accords avec les principales autres formations de gauche avaient été trouvés « dans toutes les régions françaises », à l’exception des trois où le PS s’est retiré. Toutes ? Non. En Bretagne, où la liste PS a obtenu dimanche son meilleur score national (34,9 %), devançant la droite de plus de 11 points, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s’est senti assez fort pour se passer d’EELV (6,7…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents