La France malade de sa grandeur passée

Le philosophe Raphaël Liogier analyse le populisme réactionnaire actuellement à l’œuvre à la lumière du « complexe de Suez ».

Égypte, 1956. Le président Nasser vient de nationaliser le canal de Suez, passage obligé des importations mondiales de pétrole en Occident. L’Angleterre et la France mettent sur pied une expédition militaire censée ramener l’administration du précieux canal dans le giron européen. La victoire militaire est totale. Mais la France et l’Angleterre ne sont plus les puissances d’avant 1940. Depuis Yalta, Moscou et Washington décident seuls du nouvel ordre mondial. Et, sur fond de menaces (théoriques) de la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents