Une COP 21 incantatoire

Malgré la concentration inédite de chefs d'État et en dépit d’efforts sur le style, le fond ne varie guère.

La concentration inédite de 150 chefs d’État en un minuscule point de la planète, sur la moquette grise du Bourget, ressemble à une expérience d’alchimie thermonucléaire : l’espoir que l’exceptionnel confinement d’ingrédients réputés puissants, ne serait-ce qu’une poignée d’heures, parviendra à libérer l’énergie nécessaire à dompter la machine climatique. Et c’est palpable, il rayonne à la COP 21 une volonté nouvelle, comme « jamais », adverbe fréquent des discours de lundi, en ouverture du sommet climat.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Emparons-nous du local et refondons la démocratie

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents