Bruxelles vise les éleveurs

La direction de la concurrence de la Commission européenne tire sur tout ce qui ressemble à des pratiques anti-concurrentielles.

S’entendre sur les prix, c’est un péché dans l’économie libérale, et la direction de la concurrence de la Commission européenne tire sur tout ce qui ressemble à des pratiques anti-concurrentielles. On s’en réjouit quand elle épingle des gros calibres, beaucoup moins quand les hauts fonctionnaires tentent d’aligner les éleveurs qu’ils soupçonnent d’entente, entre autres dans des filières porcine et laitière où le démantèlement de la politique agricole commune a conduit à une chute des prix qui met les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents