« Carol », de Todd Haynes : L’amour et autres scandales

Dans Carol, Todd Haynes met en scène une passion entre deux femmes de conditions différentes, dans les États-Unis conformistes des années 1950.

On a souvent associé le cinéma de Todd Haynes à celui de Douglas Sirk, parce que certains de ses films y font incontestablement écho ( Loin du paradis ), et parce que Haynes a une connaissance intime de l’auteur des Mirages de la vie. Toutefois, Todd Haynes ne singe pas Sirk. Il s’inspire d’un esprit et en emprunte certains traits, mais de biais. Comme le travail soigné sur les couleurs et les reconstitutions, même si on est loin, dans Carol, de l’exubérance sensuelle sirkienne. Nous sommes dans le New…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents