Cuba : Négocier le grand tournant

En attendant la levée totale du blocus et le retour des États-uniens, l’île rebelle est en pleine mutation économique, entre enrichissement et hausse des inégalités. Correspondance de Françoise Escarpit.

La circulation automobile a augmenté à La Havane. On ne voit plus guère de vélos ou de carrioles tirées par des chevaux. Les limousines américaines colorées et délabrées, les vieilles Lada et les Skoda servent de taxis collectifs, suppléant un réseau d’autobus encore insuffisant pour couvrir l’immense agglomération. Mais ce qui frappe le plus, en arrivant dans la capitale, ce sont les attroupements, surtout en fin d’après-midi, autour d’hôtels ou d’institutions gouvernementales. Il s’agit des hotspots…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents